Bannire
Accueil > Vêtements médiévaux

Vêtements médiévaux



Les vêtements médiévaux
Les archéologues disposent de peu de vêtements médiévaux qui permettraient d'étudier sur pièce les matériaux, les techniques de coupe, de couture et les accéssoires métalliques.
L'historien doit analyser la documentation iconographiques et les documents d'archives qui concernent essentiellement les milieux aristocratiques.
La toile est utilisée pour les sous-vêtements d'été; le drap de laine pour les vêtements de dessus et la soie pour les ornements de culte et d'apparat.
A la fin du moyen âge, les fourrures connaissent une grande vogue (chevreau, lapin, vair ou zibeline) ; elles sont portées poil à l'intérieur.
Le costume populaire évolu peu par manque de moyens.
Il s'adapte aux saison et aux activités.
C'est un habillement minimal d'étoffe et de teinture médiocres, à la coupe rudimentaire et étriquée.
En revanche, le costume masculin du noble est celui qui connaît l'évolution la plus importante.
Au XI siècle, les guerriers francs imitent les vêtements longs et ample des méditerranéens, puis, aux XIV et XV siècles, ces chevaliers lancent la mode du vêtement ajusté et composé de pièces differentes pour le haut et le bas du corps appelées poupoint et chausse.
La qualité des étoffes, l'intensité des couleurs, la richesse de l'ornement donnent à voir le statut social de celui qui porte ces vêtements.
Le rouge intense obtenu par la teinture au kème est la couleur la plus apprécier jusqu'au triomphe du pastel qui fait passer le bleu, promu couleur mariale et royale, au rang de couleur la plus difusée dans le costume populaire français à la fin du moyen âge.
Les classes supérieures préfèrent les combinaisons de couleurs : noir, violet et vert.

Le vêtement féminin évolue de manière moins spéctaculaire.
La coiffure y revet une importance particulière : d'abord simple voile, elle devient chez les paysannes de la fin du moyen âge un chaperon noir ou rouge, et chez les dames de l'aristocratie une construction savante de toiles et de soieries.
Le vêtement médiévale est un marqueur social fondamental : certaines catégories sociales arborent des costumes qui les désignent aisément : Juif, Cagots, prostituée, lépreux, paysan ...
Les lois somptuaires édictées par quelques villes sont là pour rappeler que chacun doit rester à sa place afin de préserver l'ordre social.
La promulgation de ces lois s'accompagnent souvent de sermons enflammée des frères mendiants et de bûchers sur lesquels sont brûlées les "vanités", a savoir les vêtements et coiffures jugés trop luxueux, les perruques et produits de beauté ainsi que les jeux de toutes sortes.
Robes médiévales | Pantalons médiévaux | Vêtements médiévaux enfants | Chemises médiévales | Tuniques et tabards médiévaux | Capes médiévales et elfiques | Chaperons et chapeaux médiévaux